CLOVER



Craquelé après un brûlage tout ce qu’il y a de plus culinaire, le raku tapisse les murs d’une peau de céramique parcheminée et enveloppante comme une croute de pain.





Intime et authentique, Clover est la nouvelle adresse du chef Jean-François Piège et de son épouse Elodie à St Germain des Près. Ce nouvel espace d’expression, qui fait référence aux techniques classiques et à l’approche plus contemporaine de la gastronomie de Jean-François Piège, propose une cuisine instantanée imaginée par le chef et menée au quotidien par une équipe présente à ses côtés depuis plusieurs années.
Craquelé après un brûlage tout ce qu’il y a de plus culinaire, le raku tapisse les murs d’une peau de céramique parcheminée et enveloppante comme une croute de pain. Cette terre cuite japonaise d’abord dédiée à la vaisselle et aux accessoires de la maison trouve en version carrelage un nouveau caractère bien trempé à la flamme. Les craquelures obtenues par le chauffage deviennent le motif. Un motif aléatoire et fantastique que Charlotte Biltgen a donc composé elle même en atelier durant quatre jours pour que chaque carreau se réponde harmonieusement. Le sens du détail poussé à l’extrême…
Cet enchevêtrement de céramique brut est rehaussé par une frise de shingle, ces tuiles de bois en red cedar utilisées aux Etats-Unis pour recouvrir les maisons. Ce matériau d’extérieur souffle une peau d’écaille végétale sur le raku encore fumant.
Le parquet a été prélevé dans des wagons de fret SNCF avant d’être reconditionné pour un voyage plus gastronomique. Un plancher brut et massif comme un subtil rappel des murs qui jouent eux aussi du sens du détail et du décalage.
Du choix de la décoration et des objets à celui de l’art de la table et de la vaisselle, rien n’est laissé au hasard. Si ce n’est à celui de la chine aux Puces de St Ouen et à Bruxelles, notamment pour une série d’appliques sphériques Radiohuset (1931) de l’architecte danois Vilhem Lauritzen. Les plateaux de table en bois massif proviennent d’anciennes granges du nord du Canada, les chaises en rotin et la décoration de table composée de branchages laissés bruts accompagnent la délicate vaisselle réalisée sur mesure par Jars.
Face aux convives, les armoires et le frigo massif dessinés sur mesure présentent les produits frais du jour. Ils sont recouverts de carrelages inspirés des azulejos portugais, volontairement désaturés “La couleur est dans l’assiette, nous voulions que la cadre ne distraie pas l’oeil du principal : la cuisine authentique de Jean-François Piège pensée pour ce lieu simple à manger, presque familial” résume Charlotte Biltgen.